Du 4 au 14 décembre à 19h (du mercredi au samedi)

Théâtre La Scène Thélème
18 rue Troyon
75017 Paris
contact@lascenetheleme.fr

➽ Durée • 1h

Théâtre + Dîner gastronomique 3 services > 81
Tarif normal > 26
Tarif réduit > 16€
Tarif partenaire > 12€

RÉSERVER

KHADY DEMBA

Corine Miret a adapté la dernière nouvelle de Trois femmes puissantes de Marie NDiaye (prix Goncourt 2009). Elle en donnera une interprétation avec Isabelle Duthoit, qui improvisera à la clarinette, et la complicité de Johnny Lebigot, plasticien. Corine Miret  a déjà joué Une mariée à Dijon à la Scène Thélème en mars 2017.

Adaptation et jeu : Corine Miret
Musique (clarinette) : Isabelle Duthoit
Installation : Johnny Lebigot
Regard extérieur : Stéphane Olry
Direction d’acteur : Sergio Guedes
Un spectacle de La Revue Eclair* (Corine Miret – Stéphane Olry)
Du 4 au 14 Décembre 2019 à 19h (du mercredi au samedi)

« C’est sans doute en Afrique.
Khady Demba, jeune femme veuve et sans enfant est mise à la porte de sa belle-famille un matin. Son voyage vers l’inconnu lui révèlera sa force mentale, fortifiera sa dignité et la conscience de son unicité inscrite dans son nom, mais aura raison de sa constitution solide et volontaire.
L’écriture de Marie NDiaye, limpide, ciselée, rigoureuse, trace les méandres du voyage de Khady Demba, une migrante. Elle raconte l’affirmation de sa singularité, de sa fierté, de sa puissance. Un destin tragique et sublime. »

➽ Durée • 1h

PLACE THÉÂTRE + DÎNER GASTRONOMIQUE 3 SERVICES : 81 €
PLACE THÉÂTRE
– Tarif normal : 26 €
– Tarif réduit : 16€*
– Tarif partenaire : 12€
* Tarif réduit réservé aux – de 26 ans, aux intermittents du spectacle et aux demandeurs d’emploi sur présentation des justificatifs nécessaires.

RÉSERVER

– A PROPOS DE CORINE MIRET

À 5 ans, Corine Miret habite Pithiviers : elle va à l’école de danse des Chamois, aux cours de l’ASSU gym du collège, au club théâtre du lycée; dans les années 1970, ses parents l’accompagnent aux stages du Groupe Chorégraphique d’Orléans et à des cours de danse classique à Paris. Elle passe son bac en 1980, et monte vivre à la capitale. Elle commence des études de pharmacie tout en suivant des cours de danse au Centre de danse du Marais, à la Ménagerie de Verre, au Centre Sportif Universitaire Jean Sarrailh.

En 1986, le diplôme de pharmacienne en poche, elle se consacre à ce qu’elle veut faire : danser. Elle passe des auditions et commence à travailler avec Quentin Rouillier au Centre Chorégraphique de Caen, puis Andy Degroat, Jean-Michel Agius, Bernard Glandier, Isabelle Cavoit, Christian Bourigault, en danse contemporaine. Elle apprend à déchiffrer les partitions de danse baroque du XVIIIè siècle avec Ris et Danceries (Francine Lancelot et François Raffinot). Elle danse au sein de la compagnie dans des opéras-ballets et chorégraphies. Elle continue avec Marie-Genevière Massé, Ana Yepes, Natalie van Parys et Béatrice Massin.En 1994, elle commence à tourner des cartes postales vidéos avec Stéphane Olry en France, en Europe et au Proche-Orient. Ils organisent des diffusions en appartement de films d’artistes contemporains lors de Thés Vidéos.

Ensemble, ils codirigent La Revue Eclair et ont créé depuis 1997 une vingtaine de spectacles à partir de recherches dans des archives, de pratiques de vie, en collaborant régulièrement avec d’autres artistes. Elle est praticienne Feldenkrais et donne régulièrement des ateliers de pratique Feldenkrais en collaboration avec Sara Lindon.

Grâce à une bourse de la Fondation Beaumarchais, elle a créé en 2004 un solo de danse contemporaine : Eniroc Terim, autoportrait dansé. Elle a aussi collaboré sur scène avec Matthieu Malgrange et Cécile Saint-Paul et à l’écran avec Franck Smith et Anne-Sophie Rouvillois.

– A PROPOS D’ISABELLE DUTHOIT 

Isabelle Duthoit termine ses  études de clarinette au CNSM de Lyon dans la classe de Jacques Di Donato. Elle s’oriente très vite vers les musiques d’aujourd’hui en travaillant avec de nombreux compositeurs.

Elle trouve ensuite son univers de prédilection dans l’improvisation libre. Elle joue et collabore avec de nombreux artistes de la scène internationale. Franz Hautzinger, Dieb13, Angelica Castello, Martin Tetreault, Hamid Drake, Michael Zerang, Phil Minton, Luc Ex , Thomas Lehn, Lê Quan Ninh, Jacques Di Donato, Xavier Charles, Sophie Agnel  ….. Elle est membre de plusieurs groupes comme Hiatus, Système Friche, Where is the sun, Uruk, Iki, NYX… et joue dans de nombreux festivals  en Australie, Nouvelle Zélande, Canada, Etats Unis, Zimbabwe, Russie, Europe ….

Depuis toujours intéressée par la voix elle développe depuis bientôt 20 ans une technique de voix singulière et personnelle . Un langage avant le langage, une voix de l’origine . Un chant qui prend ses racines autant dans le souffle que le cri … »Écouter Isabelle Duthoit, c’est faire l’expérience d’une voix qui ne dit rien mais qui actualise des sensations premières liées au son, à l’intimité du son et que l’on perçoit bien plus par notre peau que par nos oreilles »…. écrit Lê Quan Ninh

Elle travaille régulièrement avec la danse et le théâtre ( Cie Li(luo) et La Revue Eclair). Isabelle Duthoit a été résidente à la Villa Kujoyama au Japon en 2008 pour étudier le chant Nô , la récitation du Bunraku. Avec Jacques Di Donato, elle a codirigé le festival Fruits de Mhère durant 10 ans. Elle a enseigné la clarinette jusqu’en 2013 au CRD D’Evry. Depuis 2014 elle anime des ateliers de voix au théâtre des Quinconces l’Espal Scène Nationale du Mans, elle est curateur du festival Paysages d’écoute dans ce même théâtre .

– A PROPOS DE JOHNNY LEBIGOT 

Plasticien, Johnny Lebigot a notamment co-dirigé le théâtre L’Echangeur à Bagnolet de 2007 à 2017, il y a initié une programmation autour d’œuvres transdisciplinaires et singulières dont des spectacles de La Revue Eclair.

En 2005 il imagine sa première Installation avec les végétaux qu’il collectionne depuis les années 90. Aujourd’hui, il réalise ses créations à partir des quatre règnes naturels. Il s’attache plus particulièrement aux rebuts, ceux dont l’usage est sans devenir…. En les mettant en jeu dans de nouveaux cadres de représentation, il en modifie sensiblement la réception, à la recherche d’un non encore vu, d’un non encore dit. Ces univers se créent en fonction des lieux où il expose, de leur inscription dans la ville, dans l’histoire. Chacune de ses expositions est constituée des chemins qu’il emprunte et des gens qu’il rencontre au cours de leurs préparations. Il travaille en collaboration avec d’autres créateurs : éclairagistes, musiciens, auteurs, metteurs en scène, vidéastes, danseurs… de renommées nationales et internationale

Il a collaboré avec La Revue Eclair pour Les habitants du bois, créé en mai 2017 au Théâtre de L’aquarium à La Cartoucherie de Vincennes

Depuis 2016, ses installations personnelles et ses scénographies ont notamment été présentées au 70ème Festival d’Avignon IN, dans les Centres Dramatiques Nationaux de Nancy et Valence, au Festival Paris L’été ou encore à La MC2, Scène Nationale de Grenoble.

– A PROPOS DE MARIE NDIAYE

Marie NDiaye, née d’un père d’origine sénégalaise et d’une mère française, est une femme de lettres. Ayant commencé à écrire vers l’âge de 12-13 ans, elle n’a que 18 ans lors de la publication de son premier ouvrage. Marie NDiaye a reçu le Prix Femina en 2001 avec son roman « Rosie Carpe ». Sa pièce de théâtre « Papa doit manger » (2003) figure au répertoire de la Comédie-Française. En 2009, elle participe à l’écriture du scénario du film de Claire Denis, « White Material ».

Elle reçoit le prix Goncourt en 2009 pour « Trois femmes puissantes », roman initialement tiré à 15 000 exemplaires mais qui suite à dix réimpressions a été tiré à 440 000 exemplaires.

Son dernier roman « La cheffe, roman d »une cuisinière » paraît en 2016.

La Revue Eclair est conventionnée par le ministère de la Culture et de la Communication – DRAC Ile-de-France et la région Ile-de-France dans le cadre de la PAC.
** photographie : Marie Marfaing – conception et réalisation : Johnny Lebigot (Résidence de création « Trois aubergines, treize enchâssements » – la Fonderie Le Mans 2018)

CONTACT PRESSE

Justine Pascuito
Justine@justinepascuito.com – 06 07 76 91 95